Gelezen en goedgekeurd...
Welkom bij Bibliomania, de online specialist in tweedehands boeken
FR  •  NL
Winkelmand
0
Le Vieux Mons
Paperback / 70 bladzijden / non daté ou dépôt légal à parution
taal (talen) : frans
uitgever : A compte d'auteur
afmetingen : 240 (h) x 173 (b) x 7 (dk) mm
gewicht : 200 gram
BESCHIKBAAR
zeer goede staat
11,95 EUR
referentie : 1014450
Alle prijzen zijn BTW inbegrepen
A ses hôtes, à ses « chambourlettes », Mons offre tout d’abord le bonheur sous la forme d’un singe accroupi, en fer battu au marteau, fixé à la façade de l’hôtel de ville et qu’il vous suffit de caresser pour obtenir plus de joie. Nul ne sait depuis quand il se trouve à cet endroit mais il semble bien que c’est depuis la construction de la « Maison de Paix » en 1459. On l’appelle ici « L’Singe du Grand Garde » car autrefois la porte voisine donnait accès au corps de garde militaire.

Nul mieux que lui ne connaît l’histoire montoise car la plupart des événements marquants de la cité se sont déroulés sous son regard. Depuis les Joyeuses Entrées de nos souverains, entre autres de Charles-Quint, la plus fastueuse peut-être, jusqu’aux entrées solennelles de grands capitaines tels le duc d’Albe, Marlborough et le Prince Eugène, Napoléon avec chacune de ses femmes ou Montgomery.

D’autres fois, toujours au son de la « Bancloque » datant de 1390, qui s’ébranle encore aux jours fastes dans le campanile de l’hôtel de ville, il vit s’avancer Marie de Médicis et l’infante d’Espagne, Marie de Bourgogne et Marguerite d’York (1470), Marie de Hongrie et Philippe II ou bien encore l'archiduc Albert sous un baldaquin porté par six échevins, habillés de velours noir, revêtus d’un manteau de taffetas fourré de marte. Certains jours, le forum s’emplissait d’une foule dense notamment lors des exécutions capitales, des effervescences populaires ou à l’occasion de la grande foire annuelle, l’une des plus anciennes du pays puisqu on l’affranchit en 1290 déjà. A chaque Trinité le Singe revoit la châsse de la fondatrice de Mons, Sainte Waudru, posée sur le «Car d’or», escortée d’un somptueux cortègp religieux défiler pour commémorer la fin de l'horrible peste de 1348. Montois, des centaines de fois « cayau », le Singe participe ensuite au fameux « Lumeçon » et à la mort du dragon monstrueux occis par Saint Georges, le valeureux patron de la chevalerie, au son du Doudou.

D’autres heures glorieuses de la cité sont évoquées à l’intérieur de l’hôtel de ville par d'émouvants témoignages. C’est ainsi qu’au plafond de la salle des Etats on voit l’Espagne accordant des lettres de noblesse aux échevins montois en 1678. Au cabinet du bourgmestre une toile de Gillis évoque l’apparition d’anges, sous la forme d’archers, aux Britanniques pendant la bataille de Méns le 23 août 1914, Cette légende est très connue en Angleterre. Au même endroit, une serrure monumentale et un marteau, réalisés en fer forgé au quinzième siècle, forment une pièce unique.
andere publicaties door Emile Poumon
gelijkaardige artikelen zoeken per categorie
gelijkaardige artikelen zoeken per onderwerp: