boeken. gelezen. goedgekeurd.
Welkom bij Bibliomania, de online specialist in tweedehands boeken
FR  •  NL
Winkelmand
0
Une anthologie de la Marine Belge
Paperback / 418 bladzijden / uitgave 1963
taal (talen) : frans
uitgever : Lloyd Anversois
afmetingen : 243 (h) x 160 (b) x 29 (dk) mm
gewicht : 695 gram
BESCHIKBAAR
zeer goede staat
17,95 EUR
referentie : 1010208
Alle prijzen zijn BTW inbegrepen
Le 11 août 1960 mourait à Bruxelles, à l’âge de 84 ans, Albert-Charles-Simon de Burbure de Wesembeek. Pendant près d’un demi-siècle, ses écrits dans revues et journaux et ses livres ont éclairé le public sur tous les aspects de la vie maritime. Son existence, modeste et effacée, fut un exemple de dévouement à la chose publique.

Chercheur consciencieux, il réunit une documentation considérable. Il était heureux d’une découverte. Telle celle du manuscrit rédigé par Henri Ferdinand Marote, corsaire flamand, qu’« un heureux hasard » — dit-il — mit entre ses mains.

Dans mon exemplaire de ces souvenirs qu’il me remit, un jour sombre de la dernière guerre, il avait inséré un bout de papier « Par ordre supérieur, la majeure partie de la préface... a été supprimée ». L’autorité occupante n’aimait pas qu’un patriote rappelât les pages glorieuses de l’histoire de son pays.

Car, il fut avant tout un défenseur acharné des fastes belges, dont la valeur restait enfouie sous le chauvinisme étranger.

Voici un exemple typique d’une de ses interventions : ayant appris que le président de l’Académie de Marine de France m’avait demandé de prendre la parole au nom des Marines étrangères au cours d’une cérémonie d’hommage en Sorbonne à Jouffroy d’Awans, précurseur de la navigation à vapeur, de Burbure me remit quelques notes, écrites de sa plume précise et appuyée, pour déclarer que le premier moteur à explosion appliqué à la navigation était l’œuvre d’un Belge (Etienne Lenoir) et que le vrai précurseur de la locomotion à vapeur était le père F. Verbiest, le physicien choyé des Empereurs de Chine, qui, au 17e siècle, fit circuler un modèle réduit de véhicule à vapeur et, peu avant sa mort à Pékin, en 1688, un modèle de bateau automoteur basé sur le principe de la turbine...

Cher de Burbure, sous un aspect froid et réfléchi, il cachait une âme passionnée de redresseur de torts, de tous les torts qu’on faisait à ses gloires maritimes !

En approfondissant l’étude de notre histoire de la Mer, il était émerveillé de découvrir tant de marins, tant d’expansionnistes, tant d’épisodes, donnant un relief éclatant à l’existence de nos provinces unies. Il les a magnifiquement défendus. Et c’est pour cela qu’il faut que son œuvre demeure.

Il put heureusement réunir en volumes un certain nombre de ses recherches : mémoires d’un corsaire, Compagnie d’Ostende, Ligne Ostende-Douvres et d’autres. Mais, en dehors de ces quelques ouvrages, son œuvre est éparse. Au fur et à mesure qu’il avançait dans son travail d’analyse, il communiquait ses renseignements à la presse où il les jetait sur des bouts de papier, les donnant à ceux qui les pouvaient utiliser. Sa générosité s’est révélée ainsi par le don de ses découvertes. Que de pages éblouissantes de notre vie maritime ! Nous pouvons y glaner les épis d’une riche moisson. Nous pouvons en retenir la part des Belges dans l’expansion du monde.
gelijkaardige artikelen zoeken per categorie
gelijkaardige artikelen zoeken per onderwerp: