boeken. gelezen. goedgekeurd.
Welkom bij Bibliomania, de online specialist in tweedehands boeken
FR  •  NL
Winkelmand
0
La bière : 8000 ans d'histoire
Paperback / 64 bladzijden / uitgave 1998
taal (talen) : frans
uitgever : Editions Elikia
collectie : Duyck Bierologie
ISBN : 2911175212
EAN : 9782911175213
afmetingen : 296 (h) x 210 (b) x 5 (dk) mm
gewicht : 235 gram
BESCHIKBAAR
zeer goede staat
11,95 EUR
referentie : 1016396
Alle prijzen zijn BTW inbegrepen
Depuis que le monde est monde, existe la bière. Il ne faut pas se fier, en effet, aux écrits laissés par les Sumériens, ce peuple qui vivait en basse Mésopotamie quelque 4000 ans av.J-C., pour affirmer qu’avant eux la bière n’existait pas. C’est l’écriture qui n’existait pas, et l’on est assuré que les Egyptiens, peuple éminemment raffiné, inventif et curieux de tout, connaissaient la bière et en usaient - parfois à l’excès. Déjà, le vin, cher, était réservé aux riches et aux banquets religieux, la bière ou ce qui en tenait lieu - une boisson fabriquée à partir de l’orge et non du raisin - étant l’apanage des plus pauvres. Aristote, par ailleurs philosophe grec, constatera par la suite que les gens pris de vin tombent sur la face tandis que ceux qui ont bu de la bière se couchent la tête en arrière. Là où les premiers s’en remettent à la terre, les seconds, s’assoupissent, et se confient au ciel - ou à Dieu, ça dépend les croyances.

Comme le vin. la bière était alors fortement alcoolisée : on mettait à fermenter à chaud, dans un mélange d’eau et de blé broyé, des miches de pain faites d’orge ou de blé dans lesquelles les enzymes de fermentation avaient été préservées.

Cette boisson, appelée bouza est encore proposée dans les quartiers populaires du Caire. A l’époque donc - rappelons que nous nous situons entre le XlVe et le IVe siècle av. J-C., les céréales étaient bonnes à tout : à nourrir et à abreuver la population, au point qu’on absorbait la bière au chalumeau, pour éviter d’avaler les particules solides.

Mille ans plus tard, les Chinois, jamais en retard d’une révolution, imagineront de chauffer des bouillies de céréales afin d’obtenir une boisson fermentée qui a tout à voir avec la bière. Mais c’est aux Celtes et aux Gaulois, avant les Barbares qui leur succédèrent, que l’on doit la propagation de la cervoise en tant que boisson festive. A base d’orge, elle était souvent enrichie de miel ou d'herbes aromatiques et probablement beaucoup plus forte que les bières contemporaines. C’est d'ailleurs pour cette raison que l’Eglise, inquiète de voir ses ouailles s’adonner à une consommation trop poussée de ce brouet, lors de fêtes païennes qui plus est, c’est donc l’église catholique qui va ’’récupérer” la fabrication de la bière en la confiant à des moines, alors qu’elle était jusque-là assurée par des femmes. Les abbayes du Moyen Age comportent toutes une brasserie qui leur assure des revenus substantiels. Peu à peu les décrets prolifèrent afin de réglementer le commerce de cette boisson qui devra attendre le XVe siècle pour devenir peu ou prou celle que nous connaissons aujourd’hui : en introduisant du houblon, dont on avait découvert les propriétés désinfectantes, on la rendait plus digeste et plus parfumée (il est à remarquer que seules les fleurs femelles sont utilisées) en apprenant à tirer et à doser les levures, on en faisait un produit universel. A côté des grandes brasseries mondiales, demeurent des ’’maîtres brasseurs” dont le savoir-faire constitue l’honneur de cette profession. Ils se sont attachés, ces dernières années notamment, à imaginer de nouvelles bières, certaines tellement originales que Gambrinus n’y reconnaîtrait pas ses petits. Toutes ne sont pas des réussites, loin de là. Du moins prouvent-elles la vitalité d’un marché en quête d’exploit; soucieux de faire découvrir l’incomparable saveur d’une boisson par excellence conviviale et accessible.

Convivial et accessible, c’est ce qu’ambitionne d’être ce livre qui raconte par le dessin et par le texte l'histoire de la bière, son passé, son présent et son avenir.

Puissiez-vous, comme moi, y prendre grand plaisir. C’est le voeu que je forme en levant mon verre (de bière) à votre santé.
gelijkaardige artikelen zoeken per categorie
gelijkaardige artikelen zoeken per onderwerp: