boeken. gelezen. goedgekeurd.
Welkom bij Bibliomania, de online specialist in tweedehands boeken
FR  •  NL
Winkelmand
0
Valenciennes - Thionville : La route du fer et du charbon
Hardcover / 288 bladzijden / uitgave 2009
taal (talen) : frans
uitgever : La Vie du Rail
ISBN : 2918758019
EAN : 9782918758013
afmetingen : 303 (h) x 218 (b) x 23 (dk) mm
gewicht : 1570 gram
BESCHIKBAAR
zeer goede staat
44,95 EUR
referentie : 1018189
Alle prijzen zijn BTW inbegrepen
Vers les années du trentenaire de l’électrification de la Transversale du Nord-Est, environ 150 ans après les débuts de l’exploitation encore fragmentaire, me vint l’idée de rassembler les éléments de ce livre... La longue route de sa rédaction, de la recherche des illustrations, cartes postales, photographies ferroviaires et croquis s’achève.

Pourquoi un livre sur le Nord-Est ? Pourquoi cette ligne, déjà décrite au travers de la vie de ses équipes de Gueules noires par Étienne Catin et, plus récemment, par Francis Villemaux, enfant des Ardennes, tous deux membres de la grande famille des cheminots ?

Peut-être parce que, ayant été un de ses familiers au temps de ma jeunesse, cette ligne est chère à mon cœur. Et aussi parce que son déclin fait mal à voir lorsqu’on la parcourt, de la friche de l’ancienne gare d’Écouviez - la gare la plus importante en trafic transfrontalier français dans les grandes années du Nord-Est - aux lignes déferrées du bassin minier lorrain et de bien d’autres, dont la ligne des Carpates, aux ruines des abords de Longwy, aux rames de « bateaux » que l’on aperçoit quand on va vers Metz par l’autoroute de l’Est, échouées sur une voie près d’Étain, aux terrains vagues de Vrigne et bientôt de Lumes-Triage, sans parler du dépôt de Mohon abandonné, sauvé in extremis en partie grâce au classement « Monument historique » de sa rotonde de pur style Est... et de tant d’autres lieux animés qui ont eu leur heure de gloire.

Une première mention dans les plans d’équipement de 1840 désigne la ligne du Nord-Est comme la grande artère destinée à relier la mer du Nord à l’Europe centrale. Ligne industrielle avant tout, le Nord-Est est aussi une ligne profondément mêlée à l’histoire de la France : en moins de cent ans d’existence, elle a subi les destructions de trois guerres successives. Ligne au trafic lourd s’il en fut, la plus chargée de la SNCF, écoulant près de 25 % du trafic national, où l’on trouvait plus de trains de marchandises que de rapides aux noms prestigieux ou évocateurs d’évasion, et où le paysage, lorsqu’il n’était pas champêtre, était borné par les usines. Ligne dure aux tractionnaires, pour lesquels la géographie de la ligne ne ressemblait souvent que fort peu à celle des manuels scolaires...

Ce livre n’est pas un ouvrage technique, ni un manuel d’histoire, encore moins un recueil d’histoires. Il existe d’excellents auteurs qui ont à rapporter leurs souvenirs tout au long de la ligne. Il s’agit simplement d’un recueil de quelques traits particuliers. Ehistoire de la ligne et l’Histoire tout court y sont souvent mêlées ; c’est aussi celle de son trafic, de ses dépôts et de ses machines et, au travers de tout cela, l’histoire des hommes qui l’ont faite.

La première partie ne s’attache qu’à la description de la ligne, au travers des souvenirs iconographiques parfois inconnus, patiemment rassemblés, qu’il s’agisse des gares en exploitation ou à l’issue des guerres, et aussi des trains en ligne ou en gare grâce aux collections très riches des photographes du rail. Elle décrira aussi les trois guerres et donnera un bref aperçu de son équipement et de son trafic à son apogée, en particulier grâce à des documents inédits retrouvés. Un seul regret m’habite, celui de n’avoir pu faire reproduire ici les plans d’une grande partie de la ligne 2 Est dressés par la Compagnie des Ardennes dans les années 18601...

La seconde partie concerne les dépôts et les machines à vapeur qui ont parcouru la ligne pendant près d’un siècle, dont certaines étaient uniques, ou encore des prototypes techniques dignes de figurer dans un musée au titre du patrimoine national, plus tard dépecées dans l’indifférence la plus générale.

Qu’au travers des paroles écrites par M. André Chapelon dans sa conclusion de la dixième édition de l’ouvrage d’Édouard Sauvage La Machine locomotive un hommage soit rendu à toutes les équipes de l’Est et du Nord qui ont su mettre en pratique leur savoir-faire, leur sens du devoir, et tout leur dévouement, dans les conditions souvent difficiles qu’a connues la ligne du Nord-Est. Ainsi que l’écrivait aussi le directeur de la région Est de la SNCF dans son rapport sur la Région Est de 1939 à 1945 :
gelijkaardige artikelen zoeken per categorie
gelijkaardige artikelen zoeken per onderwerp: